Barakamon – Un voyage vers la maturité de l’esprit

Suite à mon visionnement complet de Barakamon, j’ai tout de suite senti le besoin d’écrire sur ce chef-d’œuvre.

Barakamon est un Slice of life/comédie racontant l’histoire de Seishu Handa, un jeune calligraphe hors pair de 23 ans suivant sa passion, jusqu’au jour où sa vie sera bouleversée par le commentaire négatif d’un juge lors d’un concours de calligraphie. Suivant cet événement, Seishu s’exilera dans un minuscule village sur les îles Goto pour y découvrir sa propre calligraphie.

Barakamon Opening 1

Provenance

Cette série animée, produite par Kinema Citrus en 2014, est une adaptation du web manga écrit par Satsuki Yoshino d’abord paru en 2009 et qui est toujours en cours de parution. Le dernier tome devrait d’ailleurs paraître en décembre 2018 au Japon. Point intéressant, Barakamon signifie plus ou moins Être plein d’énergie, ce qui peut nous relier à la transformation psychologique vécue par le personnage principal tout au long de la série.

Un charme unique

Un des éléments que j’ai adoré dans cet anime est la magnifique représentation des régions rurales japonaises. Tout de suite en le commençant, j’ai ressenti le même charme qui émanait de l’anime Non Non Biyori qui se passe dans ces mêmes régions. L’ambiance sereine, le calme qui s’en dégage, le sentiment de bien-être et de confort ressenti vous fera tomber en amour avec cet univers.

Animations, couleurs, visuels

Les animations sont propres et fluides. Les couleurs sont un peu plus pâles, voire légèrement pastel contrairement à d’autres animes, lui donnant un cachet unique. Les décors sont très bien réalisés. On y voit beaucoup de bords de mer, rendant l’anime légèrement moins verdoyant que Non Non Biyori, mais reste tout autant magnifique.

Les personnages

Dans cet anime, les personnages sont tous plus originaux les uns que les autres. Seishu Handa est un jeune homme complètement déconnecté du monde extérieur, car la seule chose qu’il connait est la calligraphie. Il se fera ouvrir les yeux par une petite fille nommée Naru Kotoishi, petite boule d’énergie qui nuira à l’efficacité au travail du personnage principal et qui lui fera vivre beaucoup d’événements qui le feront sortir de sa zone de confort. Seishu Handa apprendra à observer le monde autour de lui, la beauté de la nature l’entourant qu’il n’avait jamais remarqué, ce qui lui donnera des idées pour ces calligraphies à venir.

À qui s’adresse Barakamon ?

Barakamon est, selon moi, une série à voir pour ceux recherchant une expérience relaxante et visuellement attrayante. Elle nous fait aussi réaliser que, face au stress, il faut parfois lâcher prise et prendre du temps pour soi, pour faire autre chose. On y comprend aussi l’importance de ne pas s’imposer la réussite absolue, d’être numéro 1 dans tout ce que l’on fait.  Elle nous fait aussi réfléchir sur l’importance de sortir de notre routine, de notre train-train quotidien et de prendre le temps d’observer les merveilles qui se cachent sous notre nez. Si vous souhaitez développer votre culture et raffiner vos goûts, tout en accumulant un peu de sagesse, il s’agit définitivement d’une série à visionner.

– Shinji

* L’image d’entête est utilisée dans le cadre d’une critique et compte rendu.

(Visité 136 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire